A l'écran

J’ai dévoré “Les Chroniques des Bridgerton” en 2 jours

Pinterest Linkedin Tumblr

Une belle idée que d’avoir lancé cette série sur Netflix pendant la période des fêtes, car c’est un moment propice à la détente et à l’envie d’évasion, surtout en cette fin d’année 2020. J’ai du coup pu dévorer les épisodes de cette saison 1 des Chroniques des Bridgerton bien confortablement installée sous la couette ou sous le plaid en 2 jours. Un vrai plaisir coupable !

Que l’on soit bien clair, il ne s’agit pas d’une série prodigieuse, comme l’ont pu être d’autres séries qui ont défrayé la chronique (je pense un peu à Game of Thrones en disant cela). Mais je compare cette série à un paquet de sucreries, on en pioche une en se disant que l’on sera raisonnable, et puis on re-pioche dedans tout en sachant que ce n’est pas bien, et une fois qu’on a fini le paquet, on se sent un peu coupable, mais on en redemande encore !

Mi-Gossip Girl Mi-Orgueil et préjugés

Une série d’époque qui nous projette dans le début du XIXe siècle, mais qui a plein de clins d’œil à notre vie actuelle, tendez l’oreille lors des bals, vous comprendrez pourquoi je dis ça. Un univers coloré et esthétiquement réussi, qui nous embarque pas tout à fait dans un monde historique réel, mais un entre-deux entre histoire et fiction. Si vous y cherchez une reconstitution historique fidèle, comme celle de Downton Abbey, vous ne vous laisserez pas embarquer dans l’univers de Shonda Rhimes, ça serait dommage.

Par contre, il faut aller plus loin que l’épisode 1 pour comprendre la frénésie qui se dessine sur les réseaux sociaux. L’épisode 1 est assez lent et presque indigeste, il doit aider à mettre en place tout le décorum, mais il pourrait surtout fausser le jugement sur la série. En pensant que la femme n’y est traitée que sous la forme d’une “chose bonne à marier”, alors que la fin de la saison résonne complètement différemment.

chroniques des bridgerton
BRIDGERTON (L to R) PHOEBE DYNEVOR as DAPHNE BRIDGERTON and REGÉ-JEAN PAGE as SIMON BASSET in episode 101 of BRIDGERTON Cr. LIAM DANIEL/NETFLIX © 2020

Il faut également être un peu ouvert d’esprit, si vous vous arrêtez à la couleur de peau de certains personnages, c’est que vous n’avez rien compris.

Cette série, c’est un drôle de mélange de différents ingrédients qui donnent une recette plutôt savoureuse :

  • une bonne dose de potins,
  • beaucoup de manipulations,
  • quelques louches de bling-bling,
  • une pincée de scandales,
  • une bonne part de patriarcat
  • un soupçon d’establishement,
  • une pointe d’extravagance
  • on ajoute le féminisme progressivement au mélange pour faire monter le tout
  • on saupoudre de superficialité …

et voilà ….

Avec tout ça, je me suis donnée faim, mais comme la saison 2 n’est pas prête d’apparaître sur nos écrans, je me demande si je ne vais pas me refaire la saison 1 et ses 8 épisodes avec un regard nouveau, car je suis sûre qu’il y a pleins de subtilités qui m’ont échappée.

J’ai par contre un doute que la série trouve son public du côté des hommes, mais cela serait intéressant d’avoir le retour de certains qui auraient regardés la série.

En attendant, si vous avez déjà vu la série, vous pouvez rigoler en regardant cette séquence avec les principaux acteurs du show :

Sigma (ou sigma_me sur les forums et réseaux sociaux) hante le web depuis plus de 20ans. Geekette et passionnée par l'univers automobile, elle aime aussi les bonnes choses de la vie, ce qui donne ce drôle de mélange sur deroutante-sigma.fr

Ecrire un commentaire à publier